Gestion des revenus du parking : comment ne pas se tromper !

Juil 8, 2019

Le principe fondateur du Revenue Management (RM), également connu sous le nom de Yield Management (YM), est de vendre le bon produit au bon client au bon moment et au bon prix.

Les techniques de RM ont le plus souvent été adoptées dans les secteurs de l’aérien et de l’hôtellerie. Ce n’est que récemment qu’ils ont été adoptés par l’industrie du stationnement où l’idée est de vendre la bonne place de stationnement au bon conducteur au bon moment et pour le bon prix.

La digitalisation du secteur du stationnement force les acteurs traditionnels (opérateurs de parcs urbains ou aéroportuaires) à devenir plus agiles en ce qui concerne leur politique tarifaire et donc à adopter de telles techniques.

Cependant, l’une des principales spécificités du problème d’optimisation des revenus des parkings réside dans le fait qu’une heure de stationnement pour une même place peut être vendue à des prix très différents selon la durée de stationnement du véhicule (plus le séjour est court, plus le taux horaire est élevé).

Ce n’est pas vrai pour un siège d’avion et moins vrai dans le secteur hôtelier.

C’est pourquoi transposer les modèles de Yield aérien ou hôtelier au secteur du stationnement peut conduire à de vraies impasses (dilution des revenus).

Les deux principaux écueils sont les :

  • La mise en œuvre d’une solution de tarification variable et non dynamique
  • Le fait d’opter pour une solution de tarification dynamique calée sur l’occupation des parkings plutôt que sur le « mix durées ».

Kowee décrit dans ce document la raison pour laquelle appliquer un Yield « classique » (aérien) aux parkings peut conduire à perdre des revenus. Le document donne en particulier des exemples de pièges courants et montre comment l’optimisation des revenus parking est beaucoup plus complexe qu’ajuster les niveaux de prix aux prévisions d’occupation.